Artisan’à Biot

Quand on pense à la Côte d’Azur, on imagine Nice, la promenade des Anglais, la Croisette, les festivals, la plage, le soleil. Mais quid de l’arrière pays, avec ses fabuleux villages, Saint-Paul, Tourette, Vence ?

Pour ma part, mes premières pensées vont à Biot, qui a su préserver une qualité de vie et une identité héritée de l’histoire et de l’artisanat de création. Une ville que j’apprécie particulièrement.

La venue d’artistes tels que Fernand Léger (dont j’apprécie particulièrement les oeuvres) et celle d’Eloi Monod, à l’origine de la tradition Biotoise du verre soufflé, a apporté une dynamique artistique, que l’on retrouve dans les ateliers et galeries de verre, céramique et ou encore joaillerie.

Après un bon Aïoli dégusté sur l’une des innombrables terrasses à disposition, j’ai pénétré l’antre du verre bullé armé de mon appareil …

2011-04 Souffleurs de Verre - pOudres -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - L'Atelier de la verrerie de biOt -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Ca tOurne -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Ca donne le tOn -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Le bAnc -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - FusiOn -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - DuoflOre -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Cut -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Flèche bleue -(c) 2011 OuiLeO.cOm 2011-04 Souffleurs de Verre - Reflet de la rOue -(c) 2011 OuiLeO.cOm

L’Esprit de la cAbane des sOmmets

Les 27 et 28 Juin 2009 sont nés deux tableaux incroyablement colorés qui retranscrivent à merveille L’Esprit de la Cabane des Sommets.

Merci à tous ceux* qui ont participé à cette aventure, un partage artistique à vingt-cinq le temps d’une soirée à la campagne, quelques heures à la montagne, une nuit à la Cabane… 

Le sommet de l’Art ! L’art des Sommets…

L'Esprit de la Cabane des sOmmets 1 - (c) 2009 OuiLeO.cOm

L'Esprit de la Cabane des sOmmets 2 - (c) 2009 OuiLeO.cOm

* Mathieu, Romain, Nicolas Q, Camille, Nicolas M, Sophie, Loïc, Denis, Isabelle, Cécile, Hicham, Rosa, Fred, Mini Camille, Seb, Delphine, Marie-Claire, Tanguy, Hélène, Christian, Olivier, Thibault, Estelle, Julien, Christine (x1,5), Sylvain, Alex, Emelyne

PS : S’il manque quelqu’un dans la liste, merci de m’insulter dans les plus brefs délais…

Mille & une cOuleurs

L‘automne est arrivé, les arbres sortent leur manteau de couleur et préparent leur deuil, les chats s’habillent, le soleil nous quitte de plus en plus tôt, les réverbères diffusent leur lueur orangée dans les ruelles humides et sombres, les ombres éveillent l’imagination et ravivent les mystères, les gens fuient chez eux, la population se prépare à souffrir, les esprits s’inhibent, la vie doucement s’arrête…

Mille et Une cOuleur - (c) OuiLeO.cOm

L’automne est arrivé, partout les textes se construisent en poèmes en chansons et animent les soirées, les tableaux se peignent pour séduire au son des instruments qui entament des airs nouveaux. Tout ce beau monde entre en scène…

Musique technOlogique

J‘ai déjà évoqué par le passé l’imminente disparition du CD audio et l’impact que le phénomène de « consommation » musicale engendre sur le monde artistique. Ce que j’ai pu lire hier en survolant un article aperçu dans un quotidien gratuit, étalé à même le sol dans le train qui me conduisait au turbin, va encore plus loin : certaines entreprises développeraient des logiciels qui pourraient conforter le reigne du conformisme artistique, du conditionnement radio-musical et la non-créativité en général.

En effet, certaines applications seraient développées afin de permettre de changer l’instrumentation à chaque lecture d’une « œuvre » tout en gardant les mêmes lignes mélodiques. D’autres permettraient de composer des chansons à partir d’un air fredonné ou encore d’analyser trois chansons d’un groupe pour en composer une nouvelle dans le même style. Le tout bien évidemment basé sur des algorithmes et donc conduisant inévitablement à l’uniformisation des genres. C’est un phénomène que l’on observe déjà en automobile. Avez-vous déjà remarqué à quel point toutes les automobiles créées à une période donnée se ressemblent, quelle qu’en soit la marque ?

De quoi faire frémir les adeptes de musique, car de tels logiciels porteraient un coup assurément fatal à un art déjà bien fragilisé par ceux qui voient des dollars à la place des notes. Se serait un poignard supplémentaire dans le dos d’artistes – comme Mano Solo – qui se saignent déjà pour auto-produire des albums personnels, passionnés et … qui souvent dérangent. Les consommateurs de musique se complairont davantage dans le pré-formaté, par habitude, flemmardise, ignorance, confort et que sais-je encore. Lorsqu’on habitue un enfant au sucré, les aliments salés ou plus amers le dégoûtent. Or le salé et l’amer, en musique, c’est l’originalité, le cœur de l’art.

D’ailleurs si l’homme n’intervient plus dans les compositions, si ce n’est plus l’ordinateur qui assiste le Musicien mais le « m »usicien qui assiste l’ordinateur, pourra-t-on encore parler d’Art ? Je doute. Il va nous falloir vivre avec la fast-food musicale… le fast-audio ! Ce concept n’existe pas encore (quoi que) que déjà je m’insurge contre cette mal-écoute et milite pour la création d’un label Bio de l’Audio !

Enfin, relativisons. Ces logiciels ne sont encore pas là et je me plais à croire qu’ils n’existeront jamais. Je suis convaincu (en tout cas l’être m’arrange) que ma source est plus près de la presse à scandale que d’un journal d’information sérieux et fiable… il faut attirer le lectorat, et sur quoi se jettent les mouches en général ?

Ah ! Les journaux gratuits… encore un fléau qui se répend subtilement mais sûrement et de l’analyse duquel on peut tirer une mine d’informations sur le comportement de nos amis les humains… nos concitoyens. Il faudra que j’y revienne.

Vestiges des Temps d’Art

Lorsque j’étais étudiant, le Hall du Livre était mon antre, mon repère, pour ne pas dire mon QG. Un cocon de rêve, rempli d’étagères formant un labyrinthe où se côtoyaient sans concurrence disques et livres à foison. Un labyrinthe infini dans lequel je me précipitais pour disparaître de tout mon être et passer des heures hors du monde à la recherche des richesses de ce dernier. Tout semblait ici figé à jamais.

De retour à Nancy pour un week end, je m’y promenais sans but précis lorsqu’au détour de rues que je ne reconnaissais plus, je me suis retrouvé face au Hall du Livre. Des souvenirs sont tombés violemment et je me suis baissé pour les ramasser sur le trottoir, les apprécier puis les caler au fond des poches ; ainsi armé, j’ai poussé la porte vitrée et suis entré.

Je fus émerveillé de voir que rien en apparence n’avait changé. La presse toujours exposée à l’entrée. Quelques mètres plus tard je vis à droite les livres de voyage posés sur leurs étals. A gauche l’accès aux BD et romans, et en face l’escalier qui mène aux étages, réserve colossale d’ouvrages techniques, philosophiques et scientifiques.

Jusqu’ici, j’étais aux anges. Mais une ombre est venue noircir le tableau dès que l’envie me pris de descendre les quelques marches qui menaient à l’espace musique. Tel un cancer progressant sans scrupule, des centaines de DVD prennent désormais la place des lingots de ma mine. Ma mine s’en est d’ailleurs décomposée. Où est mon trésor ?

Réduit à néant. Disparu à jamais. Plus que quelques dizaines d’albums FM perdus dans un coin, cachés. Il semblerait que la disparition du disque pointe le bout de son nez et que le mp3 agisse sur lui comme le réchauffement sur les glaces polaires. Une réalité qui m’a frappé avec une telle violence que je n’en suis pas encore totalement remis. Certains disent que c’est le concept même d’album qui est en péril. Pourrait-il en être autrement dans un monde ou l’on consomme une chanson comme une cigarette ?

Je crains que non. Cette issue est inéluctable. Cependant je reste convaincu que la perte est grande. Un album est une œuvre en soi, une palette de couleurs musicales complémentaires et de rythmes accordés. Un disque constitue le témoignage d’une période, un morceau de la vie des musiciens. Acheter une chanson hors du contexte de l’album dont elle provient revient à acheter un tableau avec des tâches couleur peau et prétendre être en possession des Demoiselles d’Avignon. Je pense que Picasso n’aurait pas apprécié que l’on vende ses tableaux par couleur ou découpé autour des objets représentés. Il en aurait peut-être même arrêté de peindre.

C’est donc presque me mordant l’âme que j’ai quitté la mort dans l’âme le théâtre de mes rêves passés. Oh ! Hall du Livre que tu portes maintenant bien ton nom. Tu es désormais amputé de ta moitié et ton sol pavé de galets tel un symbole de liberté sonne atrocement faux. Je lance un appel aux arts-mateurs, battons-nous pour que vive le disque ! Que le commerce d’art ne nuise plus à l’Art !

Le souvenir de cette visite ravive mon désarroi et j’ai subitement envie d’écouter de la musique. Je vais donc en rester là, mais c’est l’arme à l’œil que je m’en retourne écouter mes vestiges des temps d’art, l’étendard de mes idéaux…