Un blOg, un Arbre

Je m’arrête un instant dans ma frénésie quotidienne. Aujourd’hui, courte pause dans mes activités. Le temps d’imaginer le nombre d’ordinateurs, de serveurs, de machines branchées à travers le monde pour me permettre de communiquer en temps réel avec n’importe qui sur la planète. L’énergie nécessaire pour faire fonctionner cet ensemble. L’électricité consommée rien que pour partager mes passions, éditer mes blogs, mes divers profils, effectuer quelques recherches, me prélasser, assouvir mes besoins de loisirs…

Penser à ce que coûte à la planète mes petites errances sur la blogosphère, mes échanges sur les réseaux, l’édition de OuiLeO.cOm ? Je n’aime en général pas beaucoup car je prends peur, impuissant, ne sachant que faire pour compenser. Et souvent, bras ballants les fesses sur ma chaise de bureau, je ne fais rien pour améliorer la situation.

En revanche, je suis tombé récemment sur un article qui me proposait de planter un arbre contre un écrit sur mon blog à propos de cette même initiative… j’ai visité le site et me suis dit que l’idée était bonne : cet arbre me permettrait de compenser en carbone l’existence de OuiLeO.cOm. Outre le fait que ce geste aiderait à reboiser une forêt dévastée par le feu en 2007.

My blOg is Carbon Neutral

Ainsi aujourd’hui je peux agir ! Et ce simplement en rédigeant cet article pour vous inviter à en faire autant.

Pour tout savoir le programme « Mon blog est neutre en Carbone » et comment faire pour planter votre arbre avec des mots, rendez-vous sur la page web du programme. Aucune connaissance en jardinage nécessaire !

Ensemble, plantons une forêt…

Métamorphose

D‘un prétexte surgi d’un contexte

J’allume les feux d’un nouveau phare
Une mire et une ligne de départ
Hissons les voiles oh ! moussaillon
Souffle le vent des solutions
La houle se lève dans ma caboche
Les vagues de conflits s’effilochent

Naît l’espoir d’un nouveau départ

D’us l’embarcation frêle peine
Sans cesse les ondes me ramènent
Je m’échoue lamentablement
Le long des plages de mes tourments
Les volontés s’évanouissent
Et je m’incline devant mes vices

Tiens un contexte sans conteste

Mais aujourd’hui le cap est là
Je fixe un point vais hors de moi
Adieu passé amas de causes
A la barre les métamorphoses
Afin que seul compte le sacré
Dont demain je veux me bercer

Pour que l’espoir soit une victoire 

Larguées à jamais les amarres
Oubliés mes pires cauchemars
Je sais faire face à l’amer
Du manque qui se mue en enfer
Enfin libéré d’un fardeau
J’ère tel l’air au dessus de l’eau

Nicolas QUENTIN
Penthalaz, Août 2009

Tour de Terre

C’est mon vingt deuxième tour de manège
Sur cette Terre où tout tourne tout le temps
Les heures, les jours, les semaines et les ans
Et les gens qui se jettent sautent dans la neige

La sèche bise tourbillonne sur l’étang
Fige l’épaisse glace qu’auparavant le vent
A lissé pour laisser les enfants glisser
Tourner et tourner sur la pointe des pieds
Entraînant leur parents dans cette douce folie
Au cœur d’un tourbillon où on oublie tout – tant pis

C’est mon vingt deuxième tour d’année sur cette Terre
Et à si petits pas d’avancer en solitaire
Le temps recouvrira ma tête d’un doux manteau blanc
Avant que l’on me tire sur cet étang

Nicolas QUENTIN
Heillecourt, 29 Décembre 2001